De quoi la terre écume-t-elle?

par | Mar 21, 2019 | exposition, Photographie, Réflexion | 0 commentaires

Réflexions sur l’exposition photographique d’Hervé Bernard : L’écume de la terre. Jusqu’au 19 avril à l’espace André Malraux du Kremlin-Bicêtre.

Depuis la renaissance, l’homme d’occident tente de maîtriser la nature. André Le Nôtre théâtralise les jardins de Louis XIV en mettant l’homme au centre de sa perspective. Au même instant, l’homme d’orient copie la nature dans des palais d’été pour en puiser la sérénité et réfléchir sa place dans l’univers. Plusieurs siècle après, aujourd’hui, quel est le rapport de l’homme et de la nature ? C’est la question que je me suis posé en parcourant cette exposition.

En venant, je m’attendais à une présentation classique façon Dibond en très grands formats. Mais non. Ce sont des assemblages. Le mot assemblage est un peu rude car il lui manque une dimension poétique. Que dire alors, des vraissemblages ? Vraissemblage, ça me plaît bien pour décrire ce que j’ai vu et ressenti, il y a un peu d’Appolinaire dans ce néologisme. Alors qu’ai-je vu? J’ai vu de grandes pages remplies d’images et de regards. La photographie n’est pas vraiment maniériste, c’est beaucoup plus proche de Christophe Averti que de Salgado. J’ai vu des images des différentes tailles regroupées par thème, couleurs, comme un jeu de piste dont la fil Rouge serait la belle bleu. J’ai vu un bouillement, ce n’est pas par hasard que j’évoquais christophe Averti, je retrouve cette idée de l’iconoclaste qui garde l’humour pour montrer l’ubuesque. Ici, la photo et la vidéo sont très proches. C’est étonnant.

En attendant l’éruption.

Évidement, il y a tout de même quelques zones de turbulences dans ce rapport entre l’homme et la nature. Pourtant, rien n’est agressif dans ces images car ce sont des regards et non des jugements. Des regards qui amènent à la réflexion, après tout, quoi de plus normal pour un photographe.

Parmi, les séries, il y en a une, qui me touche un peu plus, elle fait d’ailleurs l’affiche le l’événement. Ce sont ces trois photos de mouettes rieuses emportant un biscuit ou quignon de pain. Images à basse vitesse montrant le mouvement par la succession et ce filet que les auteurs de BD ont si souvent réutilisé.

Sous les pavés, le ciel.

Mis à part l’objet qui est photographié, beaucoup d’autres éléments me rappelle une autre série qui parsème mon panthéon photographique personnel. Je pense à une autre série qui utilise presque les même teintes froides, la même succession, la même force dans le mouvement. Je pense à cette image. Et mon esprit dérive, imagine que ces deux images sont liées, j’invente une nouvelle histoire.

Pour ceux qui auront eu la gentillesse de lire mon verbiage jusqu’ici, je vous remercie, et, évidement, je vous conseille d’aller visiter cette expo que je continue à apprécier.

Exposition “L’écume de la terre” de Hervé Bernard – Espace Culturel André Malraux – 2 place Victor Hugo, 94270 Le Kremlin-Bicêtre – Du mardi au Vendredi de 14h à 19h – et le samedi de 14h à 20h30.

Abonnez-vous!

Pour vous abonner et pouvoir faire des commentaires, il suffit de laisser votre mail ici.

C'est noté!