Georges Dorignac sur le chemin d’outre-tombe.

Actuellement exposé au Musée de Montmartre, je viens de découvrir le travail de Georges Dorignac: c’est très émouvant!

Expo Dorignac – Musée de Montmartre

Je ne vais pas m’étendre sur la biographie de cet artiste car Wikipédia est bien fournis, pour les plus pressés, il y a de bonnes synthèses sur certains blogs (par exemple sur Montmartre-Addict).

Ce qui m’a tout de suite marqué dans cette exposition, c’est la confrontation artistique au spirituel.

L’expo commence au premier étage, et, l’une des premières images qui apparaît, c’est une œuvre d’Eugène Carrière. Quelle belle introduction. Tout au long de ma visite, l’empreinte d’Eugène Carrière ne cessera de m’éclairer.

La fin du XIXème et le début du XXème siècle est marquée par un engouement pour le spiritisme. Pour bien se remettre en condition de l’époque, il est possible d’écouter cette émission de la Marche de l’histoire : Le spiritisme au XIXème siécle.

Une fois ce contexte historique rétablie, l’exposition prend un nouveau visage et un fil conducteur plus facile à comprendre.

Tout ce travail est une exploration plastique de l’âme. Du fond des ténèbres, l’âme est une lueur. Une fois passé la première pièce, l’exposition dévoile une série de portraits extrêmement sombres. L’image est trop noire pour évoquer le clair-obscur, c’est une nuit éclairée d’un halo duquel émerge des visages.
Les fusains de cette pièce sont particulièrement denses. Une fois cette première émotion passée, la similitude avec la statuaire africaine émerge. Ce sont deux cultures qui se rencontrent par l’intermédiaire de l’art.

Mais c’est aussi une histoire peu connu qui s’étale: la spiritualité dans la pensée anarchiste.

On a coutume d’associer l’anarchisme à une pensée sans spiritualité, c’est un raccourci plutôt grossier. L’anarchisme, c’est surtout une forme de refus du pouvoir. Les religions monothéistes et polythéistes partent du principe que l’homme doit être soumis à un dieu, c’est ce que dénigre l’anarchisme. Mais le spiritisme apporte un nouveau concept, il n’y a plus de Dieu asservissant, il y a des âmes et des corps. Cette philosophie basée sur l’esprit est tout à fait acceptable pour un anarchiste, d’autant plus si il fait parti des libertaires, c’est à dire ceux qui prônent la mutualisation.

La vierge à l’enfant.

On peut tout de même s’étonner de l’apparition d’une vierge à l’enfant. Pourtant, pour certains anarchistes, la citation de Malraux est tout a fait compréhensible : “Jésus est un anarchiste qui a réussi”.

Toujours dans cet esprit, il est donc logique que l’exposition se termine par des Mantras car l’idée de réincarnation n’est pas non plus opposée à l’anarchie.

Évidement, ce petit texte n’est qu’une introduction très subjective à l’exposition, il y a bien d’autres thèmes qui sont abordés, et je vous en laisse la surprise.

Pour plus de renseignements sur les horaires et moyens d’accès à cette expo, il suffit de se diriger vers le Musée de Montmartre.