A voir aussi:

D’Anubis à Saint Christophe

D’Anubis à Saint Christophe

La découverte d’un Saint Christophe à la tête d’Anubis dans une église de Lindos m’amène à regarder le sacré avec un peu de recul.

Grèce – Le recul nécessaire

Grèce – Le recul nécessaire

Quelques photos de Grèce pour parler du recul, un effort nécessaire, selon moi, pour mieux comprendre son quotidien. Premier article sur ce thème.

De quoi la terre écume-t-elle?

De quoi la terre écume-t-elle?

Réflexions sur l'exposition photographique d'Hervé Bernard : L'écume de la terre. Jusqu'au 19 avril à l'espace André Malraux du Kremlin-Bicêtre. Depuis la renaissance, l'homme d'occident tente de maîtriser la nature. André Le Nôtre théâtralise les jardins de Louis XIV...

0 commentaires

Avez-vous déjà vu le Maneken-Pis parisien ?

par | Avr 7, 2021 | Art, Réflexion | 0 commentaires

Évidement, je ne vous dirai pas où ce Maneken-Pis se situe, mais c’est l’occasion de parler de la statue et de son auteur.

Un sculpteur anarchiste et pacifiste

Fontaine d'un Maneken-Pis parisien
Maneken-Pis parisien d’Emil Derré

Le sculpteur à l’origine de cette fontaine est Emile Derré, militant anarchiste du début du XXéme siècle. Il est pacifiste, ses travaux artistiques évoquent principalement l’amour, la tendresse, l’étreinte, l’innocence. Il provoque un scandale en 1932, lorsqu’il présente au salon d’automne : « Réconciliation, tu ne tueras point ». La sculpture est retirée de l’exposition car on y voit un soldat français embrassant passionnément un soldat allemand.

Louise Michel l’inspirera, au moins, pour trois sculptures : un chapiteaux au baisers, une statue éponyme et le buste qui orne sa tombe. Meurtri par la première guerre mondiale, il ne supportera pas d’en vivre une seconde et se suicidera en 1938.

Histoire et symbolique autour du Maneken-Pis

Les première traces d’un jeune enfant urinant allégrement remonte à l’antiquité. C’est Cupidon qui pisse en premier, symbolisant la fertilité et le débordement joyeux. C’est peut-être dans cette lignée que s’inscrit le Maneken-Pis de Bruxelles car le premier document qui le mentionne date de la fin du XIVème siècle.

Plus tard, en 1499, dans un ouvrage nommé « Le songe de Poliphile », on verra ce même genre de bambin parfois accompagné de nymphes dont l’eau jailli de la poitrine. Emile Derré connaissait certainement ce roman car c’est une phrase de Gargantua qui illustre la fontaine « Mieux est de ris que de larmes escrire ».

Ce roman raconte l’histoire d’un « combat d’amour en songe ». Tout au long du récit, il sera question d’émerveillements devant des architectures mais aussi face à des cultes païens, le tout agrémenté d’allusions érotiques. Ce mélange des genres provoqua des soupçons d’hérésie qui n’auraient peut-être pas déplu à un anarchiste. La forme du livre est aussi particulièrement originale car elle mélange des dessins énigmatiques, et différentes langues. Au fil du temps, ce songe va influencer de nombreux artistes tels que Rabelais, La Fontaine, Gérard de Nerval, et bien d’autres.

Notre Maneken-Pis parisien est bien plus récent que son grand frère Bruxellois, mais il est certainement tout aussi mignon. D’ailleurs, il est situé dans le quartier le plus charmant de Paris. Alors, avez-vous trouvez où il se cache ?

Abonnez-vous!

Pour vous abonner et pouvoir faire des commentaires, il suffit de laisser votre mail ici.

C'est noté!

Share This